Soupe de plastique : pouvons-nous encore sauver les océans ?

On les appelle « soupes de plastique », « vortex de déchets », « 7e ou 8e continent »... Nos océans contiennent de gigantesques îles de plastique, et les responsables ne sont pas seulement les filets de pêche perdus ou les détritus jetés par-dessus bord durant les croisières. Pas moins de 80 % des déchets de plastique proviennent des gens qui vivent et travaillent sur les continents. Mais la bonne nouvelle est que nous pouvons agir !

Quelques chiffres

Quelques chiffres suffisent pour démontrer l'ampleur du problème :

 

  • Actuellement, on trouve 165 millions de tonnes de plastique dans nos océans.
  • À chaque minute, l'équivalent d'un camion entier de plastique est jeté à la mer.
  • Chaque année, 311 millions de tonnes de plastique sont produites dans le monde.
  • Durée d'utilisation moyenne d'un sac plastique ? À peine 15 minutes.

 

La conséquence ? D'ici 2050, il y aura plus de plastique que de poissons dans les océans. Il est temps de passer à l'action !

Perdre espoir ? Jamais !

Les chiffres et leurs conséquences directes sont bien entendu déprimants, mais vouloir, c'est pouvoir. Vous pouvez déjà prendre quelques mesures personnelles :

Mais c'est ensemble que nous sommes les plus forts, et quelques ONG se sont déjà engagées pour cette cause ! Petite présentation.

1. Plastic Soup Foundation

Depuis sa création en 2011, cette fondation néerlandaise est devenue l'un des plus grands opposants au plastique. Son approche est très intéressante.

 

Le but de Plastic Soup Foundation n'est pas d'aller ramasser le plastique dans les océans. Car comme leur quantité ne fait qu'augmenter, le combat serait perdu d'avance. Au lieu de cela, la fondation s'attaque à la source du problème : éviter que de nouveaux déchets en plastique se retrouvent dans les océans.

 

Elle agit notamment via des campagnes de communication, des programmes d'éducation pour les écoles et des actions sur les réseaux sociaux. Elle essaie ainsi d'influencer le grand public, l'industrie et les politiques.

 

Mais elle s'associe aussi à des spécialistes qui recherchent des solutions innovantes ainsi qu'à d'autres organisations.

2. Trash Hunters

Mesurer, c'est savoir : Trash Hunters l'a bien compris. Chacun peut y contribuer. La seule chose à faire, lorsque vous voyez des déchets, est de prendre une photo avec l'app Trash Hunters. Vous identifiez le type de déchets, la marque et vous indiquez si vous les avez ramassés.

 

Les données sont enregistrées puis répertoriées sur une carte par Trash Hunters. Simple, mais efficace ! Et entre-temps, les déchets sont ramassés.

3. Plastic Whale

Les canaux d'Amsterdam sont tellement idylliques qu'ils attirent chaque année des milliers de touristes. Mais ils sont également submergés de plastique. Une bonne raison de se retrousser les manches, c’est ce que s'est dit Marius Smit en 2011.

 

Marius a commencé à organiser des visites sur un bateau fabriqué à l'aide de... 8.500 bouteilles en plastique recyclées. Pendant la visite, il présente à ses passagers les principales curiosités de la ville, à condition qu'ils repêchent les déchets rencontrés en chemin.

 

Un véritable succès. D'ailleurs, la flotte compte déjà dix bateaux. L'explication de Marius ? « Plus nous débarrasserons les canaux des déchets plastiques, plus nous pourrons fabriquer de bateaux. Nous espérons faire faillite rapidement. »

Ramassez quelques déchets

Vous voulez savoir comment combiner exercice physique et ramassage de déchets ? Essayez le plogging !

 

>> Vous recherchez de plus amples informations sur la soupe de plastique et les solutions possibles ? Lisez l'article complet dans A.S.Magazine !