image link

Offre supplémentaire en ligne : Jack Wolfskin jusqu-à -60 %

Les bois comme seconde résidence

Il n’y a pas d’électricité, d’eau courante et de lit. Le calme et une sensation ultime de liberté sont cependant largement présents. C’est pourquoi Lynn, Gilles et leurs enfants quittent dès que possible leur maison au nord d’Anvers pour se rendre à Balen, où se trouve leur terrain de camping dissimulé parmi les bois et les dunes. « Même si vous ne restez ici qu’une seule nuit, vous aurez l’impression d’être parti en vacances. »


Au milieu de nulle part

Au moment où nous pensons nous être aventurés trop loin dans les bois pour rencontrer âme qui vive, une petite porte apparaît, ainsi qu’un grand chien agitant la queue. « Voici Kazan, notre chien de berger blanc. Il est toujours content de voir du monde », explique Gilles en souriant et en se levant de sa chaise de camping.

 

L’expression « au milieu de nulle part » semble décrire parfaitement cet endroit. Il y a un quart d’heure, nous traversions encore les rues de Balen en Campine. Ici, nous n’entendons que les bruits de la nature. Et ceux de Sofia et Manuel qui s’amusent avec des bulles de savon géantes.

 

« Au moyen de quelques branches et d’une ficelle, Sofia a confectionné elle-même cet objet pour réaliser des bulles de savon. Cette idée lui est venue au supermarché, où elle y a vu un jouet similaire », explique Lynn. « Nous l’avons recréé avec ce que nous avons pu trouver ici. Voilà maintenant deux jours qu’ils ne s’amusent qu’à faire des bulles. » (rires)

 

Cela semble être ordinaire pour la famille Matthysen : venir ici et s’amuser avec ce que la forêt de Balen a à offrir. « Nous n’emportons jamais des jouets de la maison », précise Gilles. « Les enfants trouvent toujours rapidement comment s’amuser. Et de notre côté, nous profitons du calme et de la nature. »




Qui est qui ?

Gilles Matthysen (40 ans), Lynn Lambrechts (36 ans), Sofia (7 ans) et Manuel (6 ans)

-

Ils habitent à Mariaburg (Ekeren)

-

Leurs passions : le camping, l’aventure, la lecture, l’escalade, creuser des trous et les choses simples

Une petite cabane en bois se situe sur le terrain de camping de Gilles et Lynn, ainsi qu’un mobil home. Pourtant, cet endroit peut difficilement être plus austère. « Nous n’avons pas d’électricité, et nous amenons notre eau potable de la maison, dans de gros bidons. Pour un week-end, cela représente entre 20 et 40 litres », indique Gilles. Il y a toutefois des toilettes, décorées d’un papier peint fleuri d’antan. On y trouve également une cruche d’eau de pluie pour la chasse d’eau.

« Nous n’avons pas d’électricité, et nous amenons notre eau potable de la maison, dans de gros bidons. »


Il s’agit d’une résidence secondaire, mais ils ne sont pas souvent à l’intérieur. Ils vivent ici principalement dehors. « Nous n’avons jamais eu l’intention d’acheter une résidence secondaire. Nous étions à la recherche d’un terrain de camping. Un endroit pour vivre comme nous l’entendons et pour partager des moments en famille et avec nos amis », explique Lynn. Et c’est exactement ce qu’ils ont trouvé à Balen. « Le chien peut ici se promener librement, nous pouvons faire du feu… Toute la famille est déjà venue dormir ici. Chacun avec sa propre tente. Un peu comme en festival. » (rires)

 

Les histoires se succèdent concernant la délicieuse paella, alors préparée dans une grande poêle sur un réchaud à gaz. Il est aussi question des oncles et des tantes qui ont pu s’accommoder des sanitaires quelque peu spartiates. « La salle de bains ne nous manque pas ici », indique Lynn. « Évidemment, c’est quand même agréable en rentrant à la maison de prendre une douche bien chaude. Lorsque les enfants étaient petits, nous allions parfois en vélo au domaine récréatif de Keiheuvel, où vous pouvez vous doucher pour quelques euros. »


Camper avec un bébé de 12 jours

Gilles et Lynn ont acheté le terrain lorsque celle-ci était enceinte de Manuel. Ce terrain de camping borde la réserve naturelle de Keiheuvel et il n’est pas autorisé d’y vivre de façon permanente. « Il s’agit d’une zone de loisirs. Les nouvelles constructions ne sont également pas autorisées. Cependant, rénover les cabanes existantes est permis. C’est notre objectif à long terme », précise Gilles.

 

« Nous avons découvert cet endroit grâce à des amis qui ont également un terrain un peu plus loin. Nous avions l’habitude d’y camper régulièrement », ajoute Lynn. « Lorsque nous avons vu que cette parcelle était à vendre, nous n’avons pas hésité. »

 

Manuel avait seulement 12 jours lors de son premier séjour en camping à Balen. « C’est rapide en effet », dit Lynn en riant. « Mais s’il y avait un problème, nous pouvions toujours rentrer à la maison. » Tout s’est bien passé. Même très bien. Depuis, ils s’y rendent très régulièrement. « L’année dernière, nous avons passé environ 60 nuits ici », reconnait Gilles. « Si nous avions dû réserver un camping à chaque fois, cela nous aurait couté très cher. »

« L’année dernière, nous avons passé environ 60 nuits ici. Si nous avions dû réserver un camping à chaque fois, cela nous aurait couté très cher. »

Leur terrain boisé n’est qu’à une heure en voiture de leur domicile. « Nous avons également été une fois dans les Ardennes pour y acheter un terrain, mais le trajet dure alors 2h30 », explique Gilles. « Ça ne vaut pas le coup pour une nuit, mais ici oui. Il m’arrive souvent de venir ici avec des amis pour une nuit. Nous discutons alors autour du feu et chacun dort dans son hamac. »

 

« Comme des petits jeunes », ajoute Lynn avec un clin d’œil. « Ou bien Gilles est-il trop vieux pour ça ? » (rires)

Pas de lit en vue

La cabane en bois et le mobil home se trouvant sur le terrain de Gilles et Lynn sont restés intacts. Ils sont toujours dans leur état d’origine (c’est-à-dire rustique). « Pour l’instant, nous avons simplement effectué des travaux d’entretien », explique Gilles. « Fin de l’année passée, nous avons rapidement posé un plancher dans la cabane en bois, car nous avions prévu de passer le réveillon ici avec des amis. Nous pouvions au moins être au sec si le temps se gâtait. »

 

Le mobil home est presque aussi vide que la cabane en bois. On y trouve seulement deux bancs, un poêle et une table. « En hiver, nous mangeons ici ou nous jouons à des jeux de société à la lueur des bougies. Nous cuisinons à l’extérieur sur un réchaud à gaz. » Pas de lit en vue. Encore moins un frigo ou une télé. « Nous n’en avons pas besoin », indique Gilles. « Nous dormons sur une petite natte à même le sol, et le poêle nous permet également de rester ici en hiver. »

 

Ce soir, ils dormiront dans un environnement un peu plus luxueux, les tentes de toit de leur Land Rover Defender. « Nous revenons d’un voyage dans les Cantons de l’Est et nous terminons ce périple en passant quelques nuits ici. »


Échapper à la routine quotidienne

L’endroit parfait pour se détendre, voilà comment Gilles décrit son terrain. « Pour échapper un peu à la routine quotidienne », affirme Lynn. « Après seulement un week-end, j’ai l’impression d’être partie en vacances pendant une semaine. »

 

Et qu’en pensent les enfants ? « Vous aimez venir ici ? », demande Lynn à Sofia et Manuel. « Oui ! », s’exclament-ils en chœur. « À la maison, c’est chouette et ici aussi », précise Manuel. « Vous voulez voir notre camp ? », nous demandent-ils.

 

Sofia et Manuel s’empressent en direction de la lisière de la forêt et disparaissent aussitôt parmi les arbres. La construction de troncs d’arbres arrimés, sur lesquels s’appuie la cabane, est l’œuvre de papa et maman. Ceux-ci ont fait partie des scouts dont ils ont gardé quelques souvenirs. « L’amour que nous portions à la nature en étant scouts est toujours là. Et je pense que nous l’avons également transmis à nos enfants », plaisante Gilles.

« L’amour que nous portions à la nature en étant scouts est toujours là. Et je pense que nous l’avons également transmis à nos enfants »


« Papa, maman, peut-on aller au bac à sable ? », demande Manuel. Gilles et Lynn acquiescent. « Par bac à sable, il veut dire les dunes de sable situées un peu plus loin dans la réserve naturelle », explique Lynn en riant. « Les enfants y jouent souvent. »

 

Il semble en effet que Sofia et Manuel soient faits pour cette vie. En chemin, ils grimpent aux arbres, chassent des sauterelles et papotent en marchant devant nous. Sofia raconte que le chien creuse également des trous dans les dunes. Manuel nous montre des camps dissimulés dans les fourrés. Leurs parents ont le sourire aux lèvres et profitent du moment présent. « Les enfants jouent ensemble pendant des heures la journée », explique Gilles. « En soirée, nous allumons généralement un feu et avant d’aller nous coucher, nous leur lisons une histoire. Nous n’avons pas de tablette, et c’est voulu. »


Rien d’autre que le bruit du moteur de planeurs

En direction du « bac à sable », nous sommes seuls au monde. « Parfois, on croise des VTTistes », indique Gilles. « Ou bien on entend les planeurs de Keiheuvel qui passent en trombe. Le soir, le silence règne. J’apprécie énormément ce calme. Cela me déstresse complètement. »

« En soirée, nous allumons généralement un feu et avant d’aller nous coucher, nous leur lisons une histoire. Nous n’avons pas de tablette, et c’est voulu. »


Cette famille aimerait-elle un jour s’installer dans un endroit encore plus isolé ? « Ce n’est pas à l’ordre du jour pour le moment, mais pourquoi pas », affirme Gilles. « Toutefois, notre maison à Mariaburg est également un endroit calme. Nous avons un grand jardin et disposons d’un parc à proximité. Mais ce n’est pas comme ici. »

 

« La proximité avec notre famille nous retient », explique Lynn. « Mes parents habitent tout près, tout comme la maman de Gilles. »

 

Ils rêvent de voyages lointains, c’est un fait. « Il y a 15 ans, j’ai fait un échange d’un an au Honduras et je suis toujours en contact avec ma famille d’accueil », raconte Lynn. « Ce serait vraiment chouette pour nous quatre d’aller leur rendre visite. »

 

« Pour nous, voyager a toujours été naturel », indique Gilles. « Avant d’avoir des enfants, nous nous sommes rendus en voiture jusqu’en Mongolie en passant par la Russie. Sur le retour, nous sommes passés par le Kazakhstan, L’Ouzbékistan, l’Azerbaïdjan, la Turquie… Notre voyage a duré six mois. Et lorsque Sofia était petite, nous avons découvert la Suède à pied avec notre sac à dos. Sofia se trouvait dans un porte-bébé attaché à notre ventre. Essayer ce genre de choses, c’est typiquement nous. »


Des souvenirs inoubliables

Alors que les enfants (et le chien, comme annoncé par Sofia) s’amusent à creuser des trous dans les dunes, Lynn épluche une pomme. « Nous apprécions beaucoup ce genre de petits plaisirs », explique Gilles. « Dès le matin, les enfants commencent à jouer et ne s’arrêtent que lorsqu’ils ont faim. Ce sont les meilleurs moments ! »

 

« Je garde un souvenir mémorable d’une soirée où j’étais ici seule avec les enfants », raconte Lynn. « Nous étions assis dans le mobil home en hiver. Manuel se trouvait sur mes genoux et nous observions le feu dans le poêle. Après un moment, il s’est assoupi. »

« Pour nous, le confort réside dans le fait que nous pouvons être ici au calme et faire ce que nous voulons. Cette liberté n’a pas de prix. »


Sofia et Manuel sont maintenant couverts de sable. Ils se doucheront demain. Ensuite, ils retourneront chez eux. Le luxe qu’ils ont à la maison ne leur manque-t-il pas ici ? « Pas du tout », indique Lynn. « Surtout depuis que nous avons un petit frigo dans notre voiture. Avant cela, il était compliqué d’apporter de la nourriture. Pour nous, le confort réside dans le fait que nous pouvons être ici au calme et faire ce que nous voulons. Cette liberté n’a pas de prix. »

Encore plus d’inspiration

Dormir en forêt, un simple rêve ? Pas du tout ! Ces cabanes perchées dans les arbres peuvent être louées pour passer une agréable nuit.


Manger, jouer à des jeux de société, discuter longuement autour d’un verre… Tout cela est possible avec votre table de camping. Mieux vaut choisir celle qui vous convient. Nous vous conseillons.


Paramétrage des cookies pour une meilleure expérience en ligne avec A.S.Adventure

Pour vous garantir la meilleure expérience en ligne, A.S.Adventure utilise des cookies marketing, analytiques et fonctionnels (et des technologies similaires). Pour plus d'informations, nous vous renvoyons également à notre cookie policy. Sur nos sites, des tiers placent parfois des cookies de suivi pour vous montrer des publicités personnalisées en dehors du site web d'A.S.Adventure. En outre, des cookies de suivi sont placés par les réseaux sociaux. En sélectionnant « accepter les cookies », vous acceptez cette option. Pour ne pas avoir à vous poser la même question à chaque fois, nous enregistrons vos préférences concernant l’utilisation des cookies sur notre site Internet pour une durée de deux ans. Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment via la politique en matière de cookies au bas de chaque page du site Internet.