CONTACTEZ-NOUS

Lun-dim de 10-22h

(sauf les jours fériés)


Femme
Homme
Enfant

🕒 Temps de lecture : environ 8 minutes

Ce vieux car scolaire traverse l’Europe.
N’importe qui peut monter à bord

La vie de Tim Boffe et de Valerie Cook est une grande aventure. Depuis quatre ans, le couple anversois parcourt l’Europe dans un vieux car scolaire américain. N’importe qui peut monter à bord de l’auberge sur roues de Let’s be Nomads. « La plus grande leçon de vie, c’est que votre vie peut être aussi belle que vous le décidez. »


Ski de randonnée : communier avec la nature en Norvège

Ce n’est pas une mince affaire d’escalader les sommets enneigés de l’île Kvaløya, près de Tromsø en Norvège. Huit petits points font l’ascension sur leurs skis ou splitboards, des snowboards qui se divisent en deux, conçus spécialement pour escalader ce type de montagne. La compagnie est essoufflée et on entend ici ou là un juron s’échapper. Avant l’escalade, sur la terre ferme, le guide a donné une formation sur les avalanches. Histoire d’expliquer aux membres de l’expédition, des snowboardeurs et skieurs aguerris, les choses à faire et à ne pas faire si tout le blanc manteau décide de dégringoler de la montagne.

 

Arrivés au sommet, tous leurs efforts sont récompensés. En contrebas, l’eau scintille dans les faibles rayons du soleil nordique. Un car scolaire jaune canari est garé au bord de la mer. Les fjords trônent dans toute leur splendeur et la lumière bleue du jour change de nuance toutes les quelques secondes. « Cinquante nuances de bleu », dit Tim Boffe.



Tim est le guide mentionné plus haut. Sa petite amie Valerie Cook et lui sont les propriétaires du car stationné en bas dans la vallée côtière. Avec The Nomads Bus, une auberge sur roues, le couple bourlingue à travers l’Europe depuis près de quatre ans. Comme des nomades modernes, ils emmènent des clients souhaitant passer un moment dans le sillage de la famille. Celle-ci est composée, en plus de Tim et de Valerie, de leur fille Fenna, de leur fils Ziggy et de leur chien Lewis. Let’s be Nomads, est leur devise.

 

Un ticket de car vous promet un séjour plein d’aventures. Tim et Valérie sont des Robinsons à l’état pur. Le ski et le snowboard, la randonnée, le surf et le kayak font tous partie des possibilités, selon la saison. Tout comme l’activité du jour, le ski de randonnée. Cela signifie : déterminer soi-même la trajectoire jusqu’au sommet plutôt que de s’affaler sur le siège douillet d’une remontée mécanique.

 

Une fois qu’ils ont repris leur souffle, les nomades et leurs compagnons retirent les peaux de phoque de leurs skis et snowboards et dévalent la piste, un sourire béat sur les lèvres. Direction le car où ils reposeront leurs corps épuisés, mais pas avant d’avoir descendu quelques bières et de se régaler d’un délicieux repas préparé par Valerie pour le groupe.

 

Tim et Valérie considèrent tous deux que le ski de randonnée est l’un des moments forts de leur existence nomade. « Nous en avons fait dans les Alpes, mais le décor norvégien hisse cette expérience à un autre niveau », dit Tim. « C’est exceptionnel d’être tout seul dans la nature et d’être le seul responsable de chacune de ses décisions. Nous posons notre auberge où nous voulons, en fonction de la neige et des conditions météorologiques du moment. Personne d’autre ne propose ce type d’expérience. »


À la recherche d’un Chicken Bus

Depuis 2016, The Nomads Bus circule sur les autoroutes et sentiers européens. Mais l’aventure avait commencé bien plus tôt. En 2014, le couple anversois contemple les fameux Chicken Bus circuler au Guatemala. Des cars scolaires américains déclassés qui commencent une seconde vie en Amérique latine et sont utilisés pour les transports publics. Il arrive qu’un cultivateur de maïs guatémaltèque monte à bord avec un poulet sous le bras, d’où son nom.

 

Une idée traverse l’esprit de Valerie. Elle vient de voir un film, A Quest for Powder, à propos de deux skieurs professionnels canadiens qui ont construit une petite maison qu’ils ont attachée à leur jeep. Avec cette maison sur roues, ils traquent la meilleure neige. « Nous sommes des fanatiques de ski et nous n’avions plus vu de neige depuis deux ans », soupire Tim. « Cela nous manquait énormément. »

 

Toutes les pièces du puzzle se mettent en place. Pourquoi ne pas acheter un de ces cars scolaires et partir à la recherche de la meilleure neige ? Ne rêvaient-ils pas depuis longtemps d’ouvrir une auberge ? Il suffirait d’aménager le car pour y accueillir des clients. Ils ont trouvé le car de leurs rêves sur eBay. Contre 7 500 dollars US, le couple est devenu propriétaire d’un Saf-T-liner de Thomas Built Buses. Alors qu’il déposait des enfants en toute sécurité aux portes d’une école à Nashville, dans l’État américain du Tennessee, le car se dirigeait à présent vers un port en Floride pour un aller simple vers l’Europe.




L’aménagement d’une auberge de rêve

Une fois le car arrivé en Belgique, il s’agit de retirer tous les sièges. « Je me suis dit : dans quoi est-ce qu’on s’est embarqués ? » dit Tim. Voilà que le défi suivant s’imposait au couple : concevoir une auberge de douze mètres de long. Plus facile à dire qu’à faire. Essayez de caser un coin salon pour huit personnes, une cuisine, six lits d’invités, une douche, des toilettes sèches, une machine à laver et une chambre avec lit double dans 25 mètres carrés.  Même le plus radical des minimalistes s’arracherait les cheveux.


Caser une auberge avec huit lits dans à peine 25 mètres carrés ? Même le plus radical des minimalistes s’arracherait les cheveux.

Ils se sont particulièrement cassé la tête avec les lits. « Pour garantir l’aspect commercial de l’entreprise, nous devions accueillir un minimum de six clients », dit Tim, « Au final, nous avons trouvé la solution sur Pinterest : trois lits superposés. » Prêts pour l’aventure ? Pas encore. « Le plus dur a été l’homologation », dit Valérie. L’autorisation de circuler sur les routes européennes, pour ainsi dire. « Ce processus a pris un an et demi. » Mais en mai 2016, ils ont enfin eu le feu vert.

 

Le voyage inaugural de The Nomads Bus les a conduits à Val Thorens, une station de ski dans les Alpes françaises. Le test physique ultime pour le car et ses occupants. « Nous sommes montés à 2 300 mètres d’altitude et nous ne savions pas si le car pouvait supporter ça », se souvient Tim. « Je venais d’obtenir mon permis C. Jamais auparavant je n’avais négocié de tels virages en épingle avec un car. Comme la route devenait de plus en plus escarpée vers la fin de la longue ascension, j’ai un peu eu chaud. Tous les passagers se sont mis à l’avant dans ces derniers virages, pour voir si nous allions arriver indemnes au sommet. »


FICHE TECHNIQUE

The Nomads Bus

•        LONGUEUR
         
12 mètres

 

•        TYPE
         
Saf-T-liner MVP RE Thomas

 

•        MOTEUR
          
Cummings 8.3

 

•        ANNÉE DE CONSTRUCTION
          
2000

 

•        PAYS DE FABRICATION
          
États-Unis

 

•        COMPTEUR KILOMÉTRIQUE
          
170 à 175.000 miles

 

 

 


Équilibre parfait entre travail et voyage

L’expédition est un succès. Après une semaine sur des skis, les tout premiers clients de l’auberge partent faire du VTT et des randonnées dans la région des Deux Alpes. Alors que tout le parking afflue pour regarder un film dans le cinéma en plein air du car, Tim et Valerie se regardent triomphants. Ils pensent : ça va vraiment marcher !

 

Ils pourront désormais combiner leur métier dans le monde des sports d’hiver - Tim était accompagnateur snowboard et responsable régional pour un voyagiste, Valérie donnait des cours de ski et travaillait dans l’horeca - avec leur passion pour les voyages. Valerie : « Ce car est la meilleure façon de gérer notre propre entreprise sans avoir à nous poser définitivement. »

 

Évidemment, ce n’est pas toujours facile. Dans les premiers temps, il arrivait que la police française nous réveille à l’aube en frappant à la fenêtre. Et ce n’était pas pour nous apporter de la baguette et un café au lit, mais pour faire passer un message plus pressant : dégagez. Tim : « Nous ne savions pas encore où il était permis de stationner. Aujourd’hui, nous consultons une appli,  park4night.


Dans les premiers temps, il arrivait que la police française nous réveille à l’aube en frappant à la fenêtre. Et ce n’était pas pour nous apporter de la baguette et un café au lit.


Panne de moteur

Avant le début de leur grande aventure, Tim et Valérie savaient à peine ce qui se cache sous un capot. Quatre ans plus tard, ils sont rodés et maîtrisent la mécanique de leur car, qui a déjà eu toutes les pannes imaginables. Des pièces détachées qui tombent du car au moteur qui refuse carrément de démarrer. Maintenant, ils peuvent vous remplacer n’importe quel tuyau d’injection les yeux fermés.

 

Mais plus encore que leurs connaissances en mécanique, chaque panne renforce leur foi en la bonté humaine. Chaque fois que le car se trouve au bord de la route, un garagiste accourt. Valerie : « Quand je vois l’amour qu’on reçoit de parfaits étrangers sur la route, je crois vraiment que tout arrive pour une raison. »

 

Ils racontent l’histoire d’Alan, un jeune mécanicien espagnol qui est spontanément parti chercher sa boîte à outils quand il a vu que leur car était en panne. Deux semaines plus tard, à Saint-Sébastien, l’arbre de transmission, la partie qui entraîne les roues, tombe du car un vendredi après-midi, sur le pont le plus fréquenté de la ville. « Tout à coup, notre car était poussé par quatre policiers, les clients et quelques personnes qui passaient par là », raconte Tim.


Nous sommes tombés en panne sur le pont le plus fréquenté de Saint-Sébastien un vendredi après-midi. Tout à coup, notre car était poussé par des policiers et des passants.

(Tim Boffe, Let's be Nomads)


Ensemble, ils ont mis le car sur le bas-côté. Alan, qui habitait à deux heures de là est venu bricoler le moteur jusqu’à trois heures du matin. « Les médias aiment souligner ce qu’il y a de négatif dans le monde, » dit Tim, « mais prenez la route en car et vous serez submergé de positivité. »


Qui est qui dans The Nomad Bus ?

Tim Boffe

ÂGE
42

 

LIEU DE NAISSANCE
Vilvorde

 

MÉTIER AVANT LE CAR
Responsable régional d’un voyagiste dans les Alpes françaises.

Valerie Cook

ÂGE
29

 

LIEU DE NAISSANCE
Rotterdam

 

MÉTIER AVANT LE CAR
Monitrice de ski et barmaid dans les stations de sports d’hiver.


Un public international

Évidemment, c'est un atout que le charmant car scolaire suscite de l'engouement. Les gens font des selfies ou crient des encouragements à pleins poumons penchés par la fenêtre ouverte d’une voiture en marche. Les clients aussi affluent vers le The Nomads Bus. Surtout des voyageurs qui aiment explorer l’inconnu, mais qui, remarque Tim, veulent aussi le luxe d’une auberge. « Pas un hôtel quatre étoiles, mais de bons petits plats, un lit confortable et un encadrement professionnel. »


Le charmant car scolaire suscite de l'engouement. Les gens font des selfies ou crient des encouragements à pleins poumons penchés par la fenêtre ouverte d’une voiture en marche.

La proximité dans le car fait naître des amitiés pour la vie. Certaines discussions de groupe sur WhatsApp restent actives, même après deux ans. Les clients viennent des quatre coins du monde : « C’est un voyage dans le voyage », dit Tim. « Soudain, nous voilà avec cinq Indiens à bord qui nous préparent des spécialités indiennes et nous racontent comment ils vivent les mariages arrangés. Pour nous aussi, c’est une expérience unique. »


C’est un voyage dans le voyage. Soudain, nous voilà avec cinq Indiens à bord qui nous préparent des spécialités indiennes et nous racontent comment ils vivent les mariages arrangés

(Tim Boffe, Let's be Nomads)


Ce sentiment est réciproque. Les passagers montrent souvent autant d’intérêt pour le mode de vie de leurs hôtes nomades que pour les destinations desservies par le car. Valerie : « Je l’ai compris lorsque nous n’avons pas pu arriver à destination à cause de problèmes de moteur. « Ce n’est pas grave », nous ont dit nos clients, « Nous sommes ici pour être avec vous. » Nous attirons aussi les voyageurs invétérés désirant devenir parents, ils veulent savoir ce que c’est d’être sur la route avec des enfants. »



Les leçons de vie du voyage

En parlant d'enfants : Fenna et Ziggy adorent leur vie sur la route. Mais à terme, Tim et Valerie aimeraient garer leur car dans un joli coin, pour laisser grandir leurs enfants sur la terre ferme. « Cette famille aimerait vivre sans roues un jour », dit Valérie avec justesse. « Même si nous continuerons à voyager en car. »

 

En attendant, le road trip éternel continue, sur les routes vers le sud de la France et vers le Pays basque, vers l’Autriche, à travers les Balkans jusqu’en Bulgarie et jusqu’au nord de la Norvège. Tous ces kilomètres de bitume donnent une meilleure compréhension de la vie. « La vie est un courant toujours changeant, des vagues sur lesquelles il faut surfer, » dit Tim, « On essaie de devenir quelqu’un de meilleur, notamment en rencontrant des gens qui nous inspirent. »

 

Valerie donne l’exemple d’une fille qui génère tellement peu de déchets qu’elle n’utilise qu’un seul sac poubelle par an. « Chacun a sa propre histoire, sa propre passion, quelque chose qu’il ou elle connaît bien. Tout comme nous connaissons parfaitement le voyage en car. » Tim ajoute : « Des choses que nous n’aurions jamais découvertes en travaillant dans un bureau en Belgique. C’est la plus grande des leçons de vie : vous pouvez créer votre vie. Et elle peut être aussi belle que vous le décidez. »



Les décisions au hasard et les rencontres fortuites

Une autre leçon de vie du voyage : les décisions au hasard sont généralement les meilleures. Les gens qu’on croise au bout d’une impasse à Houte-Si-Plou sont souvent les plus généreux. Les étrangers sont des amis que l’on n’a pas encore rencontrés. « Comme le Norvégien sur la propriété duquel nous nous sommes accidentellement retrouvés », dit Tim. « Une heure plus tard, il est revenu avec des bières et de la viande d’élan qu’il avait lui-même chassé. Valerie a fait un ragoût et on a discuté jusqu’aux petites heures. Quand on se lance dans un tel projet, on ne sait jamais comment on va être accueillis. Mais 95 % des gens ont une réaction positive. »

 

Nous revoilà en Norvège. Le car est à nouveau garé près de l’eau, cette fois à côté de la plage de sable d’Unstad. Un village grand comme un mouchoir de poche sur les îles Lofoten, où les surfeurs les plus endurcis bravent les vagues arctiques. Tim grimpe sur le toit-terrasse du car, smartphone en main. Une appli vient de signaler une possible aurore boréale. D’abord, il remarque une lueur vert clair. Soudain, tout l’horizon se colore de vert et de mauve et commence la danse des aurores boréales. Valerie est rayonnante et y repense avec joie : « Tout le groupe restait sans voix à regarder le spectacle depuis le toit. Et nous avons hurlé à la lune comme les loups. C’était la seule façon d’exprimer ce torrent d’émotions. AOUUUUUUUUUUUH. »    


Tout le groupe restait sans voix à regarder le spectacle depuis le toit. Et nous avons hurlé à la lune comme les loups, c’était la seule façon d’exprimer nos émotions.

(Valerie Cook, Let's be Nomads)


En route pour une nouvelle aventure

Cela va peut-être vous étonner, mais après quatre années de périples passionnants, Tim et Valerie ont décidé qu’il était temps de troquer le Nomads Bus contre une nouvelle aventure : The Nomads Lodge, un projet similaire au Nomads but, mais sous la forme d’un lodge au nord de la Norvège.
Et l’emblématique car jaune dans tout ça ? Il changera bientôt de propriétaire (n’hésitez pas à faire une offre). Tim et Valérie recherchent des personnes qui souhaiteraient reprendre et continuer à faire vivre leur projet sur roues. Bien plus qu’un simple car, c’est le rêve de leur vie qui est mis en vente. Vous avez une passion pour les voyages et vous avez envie de vous lancer dans une nouvelle aventure ? C’est peut-être là une opportunité à saisir.


Vous voulez connaître la suite des aventures de Valerie et Tim ou vous trépignez d’impatience à l’idée de découvrir The Nomads Lodge ? Suivez-les sur Instagram et Facebook et ne ratez rien du périple de cette famille exceptionnelle !    


Vous préférez être au volant pour traquer la meilleure neige ou les plus belles vagues ? Explorez le monde en camping-car et vous profiterez du meilleur des deux mondes !

Explorer le monde ? C’est aussi possible sans quitter la Belgique. Ces six merveilleux sites ont presque l’air exotiques, mais sont à votre portée pour une journée d’aventure.