Champignons toxiques en Belgique

Est-ce une bonne idée de cueillir des champignons dans la nature ? Faire vos emplettes pour le repas du soir dans le garde-manger de Dame Nature, c’est romantique, certes, mais pas si vous finissez aux urgences avant le dessert. En l’absence d’étiquette ou de notice, faites preuve de vigilance avant de déguster les richesses culinaires de la nature.

 

Certains champignons peuvent en effet être très dangereux. La différence entre une savoureuse variété et un poison dangereux est souvent subtile. Pouvez-vous partir sans préparation à la cueillette aux champignons en Belgique ? Où et quand poussent-ils ? Vous trouverez ici la réponse à ces questions et découvrirez aussi les 10 espèces les plus toxiques de Belgique.

Pouvez-vous cueillir des champignons en Belgique ?

Dans de très nombreux pays, il est permis de cueillir des champignons pour sa propre consommation. En Belgique, c’est légèrement différent. En Wallonie, vous pouvez remplir un seau de dix litres pour votre consommation personnelle. Si vous en cueillez plus, vous enfreignez la loi. En Flandre, c’est interdit pour diverses raisons :

  • De nombreux animaux se nourrissent de champignons en hiver. Si vous les cueillez, certains insectes par exemple ne survivront pas à l’hiver.
  • Les champignons font partie de la nature. Si vous les ramassez tous, vous gâchez l’expérience de ceux qui vous suivent. La nature n’est pas très étendue en Flandre, vous ne pouvez dès lors pas prendre la forêt pour une sorte de supermarché.
  • Pour cueillir des champignons, il faut souvent sortir des sentiers battus, là où poussent les meilleures espèces. Vous risquez dès lors de piétiner des écosystèmes entiers et de perturber le sous-sol.

 

Comment reconnaître les champignons comestibles ?

Nous allons vous décevoir : il n’existe pas d’astuces simples pour distinguer les champignons comestibles des espèces vénéneuses. Ne croyez pas que les jeunes champignons sont toujours comestibles ni que les champignons blancs ne sont jamais toxiques. Cuire les champignons ne permet pas non plus (toujours) d’éliminer les toxines. En outre, même une petite portion de certaines espèces peut être hautement toxique. Il ne suffit donc pas de les goûter et d’observer les réactions.

 

Vous pouvez utiliser des applications comme Obsidentify de Natuurpunt pour vous aider à reconnaître les champignons, mais l’application ne permet pas toujours d’identifier les espèces rares. Il existe en effet trop peu de matériel de référence sur les espèces rares. Comme toutes les plantes, les champignons présentent également différents stades de croissance, ce qui peut prêter à confusion lorsque vous essayez de les identifier. Un microscope est souvent nécessaire pour y parvenir.

 

Si vous voulez vraiment apprendre à reconnaître les champignons, demandez à un guide expérimenté de vous accompagner. Natuurpunt organise régulièrement d’intéressantes promenades pour observer les champignons.

 

Il existe également une multitude de livres passionnants sur le sujet. Nous vous déconseillons de les utiliser pour préparer votre repas du soir, mais ils peuvent vous donner une idée de la grande variété de champignons sauvages qui poussent dans nos contrées.


Voici les 10 champignons les plus toxiques

On dit parfois que « tous les champignons sont comestibles. Certains, une fois seulement. » En collaboration avec les experts de Natuurpunt, nous avons dressé une liste de dix espèces que vous n’aurez probablement pas l’occasion de goûter plus d’une fois :

1. Amanite phalloïde

Bien que l’amanite phalloïde puisse facilement être confondue avec le rosé des prés, elle porte bien son surnom « d’Ange de la mort », car elle fait partie des espèces les plus toxiques. L’ingestion de 30 à 50 grammes suffit pour détraquer mortellement le foie et les reins. De plus, il n’est pas rare que les effets se manifestent seulement 24 heures après le repas, quand le mal est fait. Évitez cette espèce !

© Wim Veraghtert

2. Amanite citrine

Si vous avez le moindre doute, sachez que l’amanite citrine diffère des amanites mortelles par sa forte odeur de pomme de terre crue. Mais ne vous réjouissez pas trop vite : elle devient toxique lorsqu’elle est ingérée en trop grande quantité.

© Raf Sienaert

3. Inocybe de Patouillard

Leur nom fait penser à une insulte bien sentie, mais les inocybes de Patouillard sont tous des champignons vénéneux. Leur camouflage brun leur permet de se fondre dans l’environnement, mais il existe également une variété lilas et une autre orange. L’inocybe de Patouillard se démarque par son chapeau fibreux en forme de cloche et son sommet assez pointu. Si vous les incorporez accidentellement dans votre soupe, le « syndrome muscarien » apparaîtra rapidement. Et il est fatal. Voici quelques symptômes : écoulement nasal, hyperventilation, transpiration abondante, difficultés respiratoires, diarrhée, mais aussi ralentissement du rythme cardiaque ou baisse de la tension artérielle.

4. Galère marginée

Même si ces champignons sont mignons, leur ingestion risque de vous envoyer à l’hôpital pour une transplantation du foie. Comme pour l’amanite phalloïde, une petite quantité suffit pour que les amatoxines exercent leurs effets mortels. Ne la confondez pas avec les pholiotes changeantes qui sont comestibles !

© Michel Asperges

5. Gyromitres

Si vous aimez jouer avec le feu, ce champignon est fait pour vous ! Bien qu’il contienne de la gyromitrine, potentiellement mortelle, il est considéré comme un véritable délice. Si l’idée vous vient de déguster ce champignon, vous jouerez avec votre vie, au sens propre comme au sens figuré. Si vous mangez fréquemment des gyromitres séchés ou cuits, des toxines peuvent s’accumuler dans votre organisme et atteindre une quantité mortelle. Ils sont interdits à la vente depuis plusieurs années.

© Danny Declerq

6. Amanite tue-mouche

Un grand classique : chapeau rouge à pois blancs. C’est le champignon préféré des lutins, mieux vaut donc apprendre à vos enfants que cet habitant des sous-bois n’est pas aussi charmant qu’il y paraît. Bien que ce champignon ne soit pas mortel, la consommation de son chapeau entraîne des effets hautement hallucinogènes, suivis d’un sommeil profond dont vous vous réveillerez dans un état comateux. Plutôt déconseillé donc en plein milieu d’une forêt sombre !

© Chantal De Schepper

7. Amanite panthère

Elle est plus toxique que sa cousine, l’amanite tue-mouche. Elle est utilisée comme drogue lors de certains rituels initiatiques, au cours desquels la « victime » est emportée par des montagnes russes émotionnelles et des hallucinations, suivies de violentes convulsions allant jusqu’au coma profond, dont l’issue est parfois mortelle.

© Jules Robijs

8. Coprin noir d’encre

C’est un champignon particulier : tant que vous ne l’accompagnez pas d’un verre de vin ou d’un gin-tonic, vous n’avez pas de soucis à vous faire. Les substances qu’il contient provoquent en effet une intolérance à l’alcool ou un effet antabuse. Abstenez-vous donc de boire de l’alcool durant les trois jours qui suivent la consommation de coprins. Si vous ne suivez pas notre conseil, vous risquez de souffrir de rougeurs au cou et au visage, de maux de tête, de vertiges, d’une baisse de la tension artérielle, de vomissements et d’une transpiration abondante.

© Robert Wuyts

9. Lépiotes

Voici un petit parasol qu’il vaut mieux ne pas mettre dans son cocktail : toutes les espèces de cette famille sont toxiques. La lépiote de Josserand est même mortelle. L’amatoxine, la substance toxique, s’attaque au foie et aux reins et peut même être libérée par simple contact ou inhalation. Il vaut donc mieux les contourner largement si vous en trouvez au bord du chemin.

© Eric Daelemans

10. Paxille enroulé

Le paxille enroulé ne semble pas attrayant et son chapeau enroulé aux couleurs neutres paraît plutôt ennuyeux, mais c’est la roulette russe parmi les champignons. Il ne vous arrivera peut-être rien si vous consommez ce paxille, mais vous pourriez aussi souffrir d’une grave réaction allergique. En effet, ce champignon contient une substance qui déclenche une réaction auto-immune lors de laquelle le système immunitaire attaque ses propres globules rouges et peut entraîner la mort.

© Danny Declerq


Que se passe-t-il si vous mangez des champignons vénéneux ?

Tous les champignons vénéneux ne provoquent pas les mêmes réactions. Certains déclenchent rapidement une réaction (courte période d’incubation). Pour d’autres, il faut des heures, voire des jours avant que l’effet ne se fasse sentir (longue période d’incubation). Dans le premier cas, les symptômes apparaissent dans les six heures qui suivent l’ingestion. Ces intoxications ne sont généralement pas graves et les organes ne sont pas endommagés. Les champignons qui impliquent une longue période d’incubation sont les plus dangereux. Les symptômes surviennent plus de six heures après leur ingestion : des organes tels que le foie ou les reins peuvent déjà être (mortellement) affectés.

 

Si vous avez mangé un champignon et pensez qu’il peut être toxique, appelez immédiatement le centre antipoisons au 070 245 245 et mettez le champignon dans un sac en plastique. Si nécessaire, un microscope permettra de révéler de quelle espèce il s’agit.

 

Quelques conseils pour photographier les champignons

Vous voulez garder un souvenir de la forêt ? Emportez votre appareil photo ou smartphone et photographiez les plus beaux spécimens. N’ayez pas peur de vous approcher. Un champignon ne vous empoisonnera pas si vous vous asseyez simplement à côté de lui sans le toucher… Quelques conseils :

1. Sortez au bon moment

Les champignons poussent quand il (a) fait humide. Une journée ensoleillée après une semaine de pluie ? Emportez votre appareil photo ! Vous voulez prendre des photos tranquillement, sans être gêné(e) ? Sortez le matin, au lever du soleil.

2. Prenez rapidement votre photo

De nombreuses espèces de champignons forment d’abord de petites boules, puis s’ouvrent de plus en plus jusqu’à obtenir des chapeaux. Si vous trouvez un beau spécimen, vous pouvez le photographier à différents stades. N’attendez pas trop longtemps. De nombreuses espèces pourrissent en quelques jours seulement.

3. Ne vous limitez pas à l’automne

Nous associons généralement les champignons à l’automne et c’est certainement la meilleure saison pour les observer. Mais certaines espèces poussent aussi au printemps ou en hiver. Les amadouviers et polypores versicolores restent par exemple accrochés aux arbres tout au long de l’année.

4. Photographiez au ras du sol

Pour prendre une belle photo détaillée, tenez votre objectif à la hauteur du champignon. Vous avez peur de vous mouiller les genoux ? Emportez un sac en plastique pour vous agenouiller. Vous pouvez aussi éventuellement placer un sac de riz ou un coussin en noyaux de cerises dans votre sac à dos pour stabiliser votre appareil photo un moment.

5. Ne regardez pas seulement le sol

De nombreux champignons poussent sous les arbres, mais vous en trouverez aussi à d’autres endroits : sur un arbre ou dans des hautes tiges, voire sur des pommes de pin. Ouvrez l’œil : vous serez étonné(e) de voir que les champignons poussent partout. Attention : si vous repérez un champignon, ne vous en approchez pas sans réfléchir. Veillez à ne pas en écraser d’autres.

6. Rendez-vous régulièrement au même endroit

Tous les champignons poussent à un moment particulier : les uns à la fin de l’été, les autres à l’automne ou au printemps. Si vous avez trouvé beaucoup de champignons d’une espèce à un endroit dans la forêt, il y a de fortes chances que d’autres espèces y poussent également. Allez-y toutes les quelques semaines et vous observerez peut-être une profusion de champignons.

Ne mangez pas les champignons que vous cueillez

Comme vous l’aurez sans doute compris : cueillir et préparer vous-même des champignons n’est pas une bonne idée. Si une personne de votre entourage ou vous-même avez consommé accidentellement des champignons, appelez immédiatement le centre antipoisons au 070 245 245. Celui-ci partage aussi des informations sur les champignons vénéneux sur son site Internet.

 

Conseil : enregistrez le numéro du centre antipoisons dans votre téléphone.

 


Encore plus d'inspiration

Un appareil photo, un guide des champignons, un coussin en noyaux de cerises et une gourde : partir à la chasse aux champignons nécessite un peu de matériel. Découvrez ici quel sac à dos est fait pour vous


Paramétrage des cookies pour une meilleure expérience en ligne avec A.S.Adventure

Pour vous garantir la meilleure expérience en ligne, A.S.Adventure utilise des cookies marketing, analytiques et fonctionnels (et des technologies similaires). Pour plus d'informations, nous vous renvoyons également à notre cookie policy. Sur nos sites, des tiers placent parfois des cookies de suivi pour vous montrer des publicités personnalisées en dehors du site web d'A.S.Adventure. En outre, des cookies de suivi sont placés par les réseaux sociaux. En sélectionnant « accepter les cookies », vous acceptez cette option. Pour ne pas avoir à vous poser la même question à chaque fois, nous enregistrons vos préférences concernant l’utilisation des cookies sur notre site Internet pour une durée de deux ans. Vous pouvez modifier vos préférences à tout moment via la politique en matière de cookies au bas de chaque page du site Internet.